To Love Scan

Le forum de la team To Love Scan
 
AccueilBlog To Love ScanRechercherS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 rp adamand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: rp adamand   Dim 16 Déc - 23:52

Rappel du premier message :

Le livre ,que tenait la fille avec laquelle j'avais discuté dans le salon, me fit penser d'aller à la bibliothèque. Après lui avoir demandé mon chemin, je me mis en route. En effet, plusieurs chose m’intéressait dans cette endroit. Je voulais connaître un peu l'histoire de ce pensionnat, ayant déjà observer le style vétuste de l’architecture de l'entrée et du salon. De plus, la lecture restait l'un de mes hobbys préférés, je me devais donc de découvrir ce lieux remplis de connaissances. Déterminé, je pressais le pas.

J'arrivais enfin devant ma destination. Une porte coulissante constitua le dernière obstacle. Je l'ouvris aussitôt et pénétrais dans la bibliothèque. Je fus stoppé net dans mon élan. Mon cœur manqua un battement. Un poids invisible me fit vaciller légèrement, je sentais que ma respiration qui s’accélérait. Cela dura trois secondes. Je pus observer l'intérieur de la salle, je compris alors la raison de mon malaise.

J'étais particulièrement sensible aux vieux bâtiments. A chaque fois que je mettais le pied dans un tel lieux, je ressentais immédiatement le poids de l'âge, métaphore qui désignait en fait l'air qui, enfermé dans des endroits peu ouvert pendant très longtemps, devenait assez lourd. Cela procurait une sensation très bizarre du au changement d'atmosphère entre l’extérieur et l'intérieur.

Et, en l'occurrence, la bibliothèque faisait parti de cette catégorie de bâtiments âgés. Il suffisait de regarder les murs, les fenêtres et le bois des étagères pour en attester. D'ailleurs je m'approchais de l'un de ces étagères et je la touchais du bout des doigts. Le matériaux était du chêne, plus du tout utilisé aujourd'hui pour ce genre de construction. Je décidais, reportant mon attention sur mon objectif principal, de chercher le bouquin d'histoire de Hina

Je le repérais assez facilement, suivant les indications plaquées sur chaque rayon. Je découvris effectivement, au thème « histoire », une œuvre intitulée « Aux origines du pensionnat Hina ». Je fus surpris par son volume, il était lourd. Cette établissement possédait véritablement une longue histoire.

Je m'assis à une table près d'une fenêtre. Une lumière blanche ,qui s'en échappait, m'offrait un bon éclairage. Curieux de savoir le nombre de page, j'ouvris le livre à la fin. 1000 pages. Je soupirais et tournait mes yeux vers l’extérieur, absorbé par la neige qui commençait à tomber.

˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*



Sujet: Re: Une histoire, une rencontre (pv Akimitsu) Aujourd'hui à 18:05
Akimitsu Kitatsu

Aujourd'hui j'avais un peu de temps libre, je ne savais pas vraiment quoi faire pour passer le temps. J'étais mélancolique, je n'avais pas vraiment envi d'être dans cette établissement mais je devais m'y faire. Je marchais dans les couloirs sans vraiment savoir où j'allais, je faisais confiance au destin qui ne pouvais pas me faire grand mal enfermé ici. Après un certains temps je me retrouva devant la porte de la bibliothèque... Un peu de lecture ne pouvais me faire de mal et j'avais un livre que je voulais depuis un moment que je n'avais pu acheter avant d'arriver ici. Je rentra dans la pièce et cette odeur m'assaillis les narines, une odeur de renfermé . J'en avais presque mal à la tête mais ça n'allais pas arrêter.

Une fois la porte passé je regarda autour de moi voir si il y avait beaucoup de monde, surtout que je ne connaissais personne j'avais envi de faire des rencontres mais les personnes n'était pas très ouverte. Mon regard balaya l'immense salle, j'avança un peu plus réfléchissant par où commencer mes recherches. Il y avait un nombreux fou de livres je n'avais jamais vu une bibliothèque aussi bien rempli, même dans ma famille d'accueil il n'y en avait pas autant. J'aimais lire mais ce n'étais pas ma passion première , c'était plus un habitude que j'avais prise . Un peu de lecture tous les soirs avant de dormir histoire de se changer les idées.

Je traversa les rayons lentement regardant chaque rangement pour ne pas rater LE livre que je voulais lire absolument. C'était un livre sur l'histoire du Japon enfin pas vraiment mais c'était en rapport avec les dieux et déesse du shintoïsme, j'avais fais quelque recherche sur internet pour trouver le nom du livre qui relaterait toutes ses légendes qui me passionnais.

Je vis ce livre sur une étagère, je regarda à droite puis à gauche , rien en vu juste un jeune homme avec un livre très volumineux. Il lui en faudra du courage pour en venir à bout d'un tel ouvrage. Je le regarda quelques instant, il avait l'air plus absorbé par son livre que par ce qui se passait autour de lui .

Je leva les yeux sur le livre, bien sûr il était en hauteur. Tout pour me facilité la tâche bien sûr. Je me mis sur la pointes des pieds essayant tant bien que mal de l'atteindre. Du haut de mes 1 mètre 47 c'était peine perdue. Je retourna mon regard sur le jeune homme qui lisait. Je ne pouvais pas le déranger comme ça , alors fallait que je tente le tout pour le tout. Je cherchais une chaise à proximité de l'étagère, en tira une jusqu'à la place idéale pour atteindre mon trésor. Je grimpa dessus , lissa la jupe de ma robe pour qu'on ne puisse rien voir dessous et tendis les bras vers le haut pour l'atteindre. J'avais sacrément peur de tomber mais je le voulais absolument. Je faufila mes doigts de chaque côtés du livre et le fit glisser doucement vers moi, délicatement je réussis à le sortir de l'étagère.

J'approcha le livre de mes yeux pour avoir confirmation que c'était le bon :"Jackpot" . Je l'avais j'étais tellement contente que j'en souriais . Je voulu remettre les autres livres correctement avant de descendre et d'aller dévorer ce livre. Mais avec ma chance plusieurs livres tombèrent de leur emplacement, de gros livres dont le bruit au sol résonna dans la pièce où le silence régnait. J'avais mon livre et en cadeau de bienvenu une autres piles de livres à ranger. Toujours percher sur ma chaise je soupira en regardant les livres.

˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*



Sujet: Re: Une histoire, une rencontre (pv Akimitsu) Aujourd'hui à 19:11
Kousaka Sora


Ce livre m'apportait beaucoup de renseignement. La construction de ce pensionnat datait de l'air Maijin ! Le directeur de l'époque voulait lutter contre la modernité promu par l'empereur. Tous les matériaux utilisés étaient traditionnels, aucun exporté d'Europe. 20 directeurs se succédèrent, défendant tous cette tradition. Ors le dernier ,et actuel directeur, Akito Ogawa, pensait différemment de ses prédécesseurs. Il avait accordé de nombreuses libertés aux étudiants et effectué des rénovations de l'établissement. Une photo de lui le montrait d'ailleurs. Il possédait un air négligé avec sa cravate mal noué et sa posture provocatrice. Je me promis de discuter avec lui si le hasard me mettait un jour sur son chemin.

Le reste du livre dressait un biographie de tous les directeurs et des acteurs ayant participé au développement du pensionnat. Aucune n'avait par contre été attribué au dernier directeur. J'en compris la raison en lisant plus en détail le contenu. L'auteur détestait tout ce qu'on pouvait attribuer à la modernité. Il utilisait toutes les hyperboles possibles et inimaginables pour parler des directeurs les plus conservateurs. Par contre le ton se durcissait quand cela concernait les directeurs les plus ouverts. Akito était sûrement trop moderne pour ne pas avoir le privilège de voir écrire sa biographie dans ce bouquin.

Ce livre ne m'appris plus grand chose après, l'auteur se concentrant sur les événements les plus positifs qui s'était déroulés dans ce pensionnat. Il n'eut allusion d'aucune tragédie, d'aucun problème. L'auteur désignait ce lieux comme un paradis. Ors, ce que j'avais observé juste avant me prouver le contraire. Donc les réponses à mes questions ne se trouvaient pas ici. Il me fallait une bibliographie de ce Akito.

Je fus tellement absorbé par mes découvertes et ma réflexion que je sursautais en entendant l'énorme bruit des livres qui tombaient. Je me calmais avant de cherchais la source du vacarme que je n'eus aucun mal à découvrir.

Une fille, debout sur une chaise, tenait un livre. D'autres, par terre, l'entourait. Je compris la situation assez facilement. Elle avait essayer de s'emparer d'un bouquin en faisant s'écrouler tous les autres sans le vouloir. Je souris, me retenant de rire pour ne pas la vexer. Je m'approchais d'elle et empila tous les livres tombés. Je l'observais de plus près.

Elle était très belle. Sa taille et ses cheveux lui donnaient un air de loli qui ne me laissait pas du tout indifférent. Je lui lançais :

« Si tu ne descends pas, je risque de la voir. »

˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*



Sujet: Re: Une histoire, une rencontre (pv Akimitsu) Aujourd'hui à 19:58
Akimitsu Kitatsu

Le jeune homme que j'avais vu précédemment avec l'énorme livre, c'était approché et avait rassemblé les livres que j'avais accidentellement fait tombés. Ses yeux se posèrent sur moi ce qui me rendis un peu mal à l'aise . Je tenais toujours mon livre dans les mains en prenant soin de ne pas le faire tomber. Je regarda un instant ses yeux avant qu'il ne prenne la parole.

« Si tu ne descends pas, je risque de la voir. »

De quoi voulait-il parler ? je réfléchis et instinctivement je mis mes mains sur la jupe de ma robe. Parlait-il de mes sous-vêtements? Je ne le sais pas mais il était gonflés pour me dire ça aussi naturellement. Depuis quand on s'adresse comme ça aux filles. Sa remarque ne m'avais pas vraiment plus mais j'avais décidé de passer au dessus, ignorant ses propos je descendit de la chaise qui m'avait bien aidé. Je souriais pour faire bonne figure, je ne le connaissais pas et ne voulais pas paraître impolie.

-Merci de m'avoir donné un coup de main, c'est gentil de ta part

Je posa mon livre sur la chaise pour ne pas le mélanger aux autres et me baissa pour ramasser ceux tombés. Ce jeune homme m'avais aidé il était normal que je le remercie. je pris quelques livres dans les bras pour les ranger et en me relevant j'attarda mon regard sur l'individu qui m'avais "secouru". De joli yeux que je regarda attentivement, leur couleur me captivais . Quand je me rendu compte que je le fixais je rougis un peu gêné , les bras toujours chargé d'énorme livres que je m'apprêtais à remettre à leur place. j'avais baissé le regard pour ne pas me ridiculiser encore plus. Je me sentais toute petite face à lui , c'était une sensation que j'avais souvent mais là c'était particulier, je ne saurais l'expliquer .

- Tu veux bien m'aider à ranger tous ses livres s'il te plait?Je suis un peu maladroite aujourd'hui..

J'étais gêné de demander son aide mais j'en avais besoin je ne m'en sortirais pas toute seule avec tous ce que j'avais fait tombés. De plus vu mon talent j'étais sur de tous les refaire tombés si ce n'était pas plus. Je le regarda attendant sa réponse où un signe de sa part me faisant comprendre sa réponse. Je lui souriais timidement je me sentais bête d'avoir mis le désordre dans cette bibliothèque mais ce qui était fait était fait, je ne pouvais plus que réparer me bêtises. J'examina chaque trait de son visage à la recherche du moindre désaccord ou contrariété. J'étais nerveuse d'entendre sa réponse mais si il était déjà venu ici il allait sûrement m'aider à tous les remonter , étant bien plus grand que moi il aurait moins de mal et se serait réglé en peu de temps. Pour l'inciter à rester m'aider je lui tendit les bras qui étaient chargés de livres et lui souriais.

˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*



Sujet: Re: Une histoire, une rencontre (pv Akimitsu) Aujourd'hui à 22:11
Kousaka Sora


Elle fis ce que j'attendais. Elle descendit vite fait de la chaise de peur que je vois encore sa culotte. Mais je n'avais même pas essayé. Elle rougissait, ce qui me fit sourire encore plus.
Je pus maintenant l'observer de face. Ses yeux étaient très beaux et son visages enfantins réveillaient en moi mon cotés protecteur. Cela me permis de déterminé aussi ses mensurations, plus petite que la moyenne. Mais chaque fille avait son charme, le loli en faisait parti.

Elle me remercia et se baissa pour ramasser quelques livres. Ensuite, elle m'observa attentivement, absorbé par chaque détail de mon physique. Cela me dérangea absolument pas. Je n'étais pas narcissique ou fière, je pensais que ça lui permettrais de comprendre que ,malgré mes paroles déplacées, je ne ressemblais pas à un pervers. Je plongeais mon regard dans le sien, détaillant chaque mouvement de sa pupille pour voir quelle partie de mon corps l’intéressait. Il ne fallait jamais se fier aux apparences.

En étant ainsi faible aux femmes, je m'exposais à deux danger : les femmes perverses et manipulatrices ou les veuves noires. Surtout la dernière catégorie, ça serait un billet sans retour et un coucou à Charron. Quoi que, perdre son argent était tout aussi peu souhaitable. Malheureusement, trop d'homme se faisaient avoir facilement. Je m’entraînais chaque jour à chercher des détail qui pourrait trahir ce genre de femmes. De plus, le danger venait toujours là où on s'y attendait le moins. Alors, une loli ,dont tous les garçons raffolaient, serait le costume parfait pour ce genre de prédatrice. Mais je n'étais pas parano, je ne méfierais pas juste parce que cette fille regardait curieusement mon physique. Je ne considérais cela que comme une possibilité peu probable mais possible.

Elle mis fin à son analyse, ayant remarquer son geste. Elle rougit encore plus ce qui la rendit encore plus mignonne. Je résistais intérieurement pour ne pas réagir d'une manière déplacée. Pour rompre ce silence gênant, elle posa enfin la question que j'attendais.

« Bien sur, je suis là pour sa. » lui affirmais-je

Je pris les livres qu'elle me tendait, en rajoutant quelques autres. Je collais contre mon torse et montais habillement sur la chaise. Je les rangeais soigneusement selon l'ordre de rangement de la bibliothèque. Je lui tendis la main pour qu'elle me donne d'autre livre

« Tu sais pourquoi je t'ai dit que je la voyais ? Pour te faire descendre de cette chaise. Tu as voulu agir toute seule sans demander l'aide aux autres. Je croyais que tu étais le genre de fille à jamais n'accepter d'être aidé. Alors j'ai choisi le moyen le plus rapide pour te faire descendre en évitant une longue discussion. Je m'excuse si je t'ai choqué. Ah, n'en prend pas trop à la fois, ils sont lourds. » lui ajoutais-je d'un sourire taquin.

˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*



Sujet: Re: Une histoire, une rencontre (pv Akimitsu) Aujourd'hui à 23:04
Akimitsu Kitatsu

« Bien sur, je suis là pour sa. »

Ouf il venait d'accepter gentilement de m'aider. Bien que ses propos étaient déplacés il n'avait pas du tout l'air méchant , sa me rassurais. Je n'avais jamais connu ce qu'on appelle l'amour , les garçons n'était pas ma principale préoccupation. Je ne connaissais pas ce sentiment de folie que procure l'amour mais le jour où cela arrivera, mieux voudra que tout le monde se cache. Mais quand j'avais posé mon regard sur le jeune homme un drôle de sensation m'avis parcouru le corps, j'ignorais ce que c'était mais ce n'était pas si désagréable que ça.Le jeune homme prit les livres que je lui avait tendu et en rajouta quelques un, peut être voulait-il montrer sa force part rapport à mon petit gabarie. Il cala les livres contre son torse, je le regardais imaginant ma petite tête blottis à cette endroit. Mais que m'arrivait-il ? Je débloquais totalement mon esprit vaguais dans absurdité sans pareil. Il monta sur la chaise et commença à ranger les livres de la même façon qu'ils étaient avant que les délogent de leur emplacement. Il me tendis les mains pour que je lui en donne d'autres, je dû m'accroupir pour ramasser les autres et les lui donna, en levant les bras je le regarda , son visage me plaisais bien il inspirait la confiance et la sécurité.

« Tu sais pourquoi je t'ai dit que je la voyais ? Pour te faire descendre de cette chaise. Tu as voulu agir toute seule sans demander l'aide aux autres. Je croyais que tu étais le genre de fille à jamais n'accepter d'être aidé. Alors j'ai choisi le moyen le plus rapide pour te faire descendre en évitant une longue discussion. Je m'excuse si je t'ai choqué. Ah, n'en prend pas trop à la fois, ils sont lourds. »

Il réfléchit un peu trop pour un jeune homme, insinué de voir les sous-vêtements d'une jeune fille pour évité de blablaté trop longtemps, je n'avais jamais vu ça . Mais il s'excusa ce qui pouvais qu'il n'avait pas un si mauvais fond. Il remarqua aussi que j'avais les bras chargés je voulais me dépêcher de les ranger pour ne plus l'embêter. Surtout j'était embarrassée d'avoir dû demander de l'aide.

-Dans certaines situation on a pas vraiment le choix de demander de l'aide, et puis c'est pas très gentil de dire ça , sa se trouve tu essayais de la voir vicieux

Je prenais cela plus à la rigolade car après tout , toute lolita qui se respect porte un Bloomer, ce fameux petit short bouffant qui sert justement à couvrir les sous-vêtements des regards indiscret . Je lui souriais donc en lui donnant les livres que je venais de ramasser. J'avais envi de faire sa connaissance moi qui suis curieuse je ne pouvais m'en empêcher de lui demander son nom. Je me jeta donc à l'eau.

-Puis -je savoir ton nom ? Moi je m'appelle Akimitsu Kitatsu

Je souriais toujours, c'est dans mon tempérament d'être souriante. Et un joli sourire pour remercier ce jeune homme de son aide ne serais pas de refus. Tout en gardant mon sourire aux lèvres je me remis à observé son physique , je ne pouvais pas retenir mon regard de tombé sur lui. Cette fois ci je détailla tout son physique pas seulement son visage, son apparence était fort plaisante mais avait aussi un air protecteur qui me rassurais moi qui n'aimais pas être seule, sa présence me comblait. De plus il n'avais pas trop de mal à parler avec moi , je pensais donc qu'il était plus âgés que moi et son corps ne contredisait pas cette hypothèse. Quand je mis fin à cette observation en espérant qu'il ne l'ai toujours pas remarquer . Je devenais ridicule me rendant compte de mon comportement puérile, mes regard insistant sur son physique devait arrêter avant que ça ne me mette dans un situation des plus gênante. Pour changer je repris mon livre pour lequel j'avais escalader cette chaise pour finir par faire tombés tous les autres.

˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Adamand



Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: rp adamand   Mer 19 Déc - 19:15

Akimitsu:

« Chacun à ses propres peurs ; il est vrai que je suis la personne la moins qualifiée pour te rassurer mais je ferais de mon possible pour t'aider. Puisque tu m'a révélé une de tes faiblesses, je vais faire de même.
Je crains plus que tout les insectes et je fais souvent des cauchemars la nuit. Normalement, ce deuxième problème est réglé grâce aux somnifères mais si tu me vois me lever en pleurant la nuit, ne soit pas surpris. Et puis ne te dérange pas pour ça, je sais me calmer. ».

Il me dt cela avec un sourire, comme si c'était normale , comme si il s'y était fait. Mais si le soir venu je le voyait pleuré ou triste je ne pourrais rester sans rien faire. Je ne supportais pas de voir les gens triste je lui ferais des câlins pour le consoler ou peut être quelque chose de moins physique. Je lui donnerait des confiseries, ça remonte toujours le morale. Nous étions debout depuis le début et j'avoue que mes petites jambes commençaient à en avoir marre, mais il me secourut.

« Dis moi quel livre tu voulais lire et je vais te le prendre. Allons nous asseoir, nous sommes rester debout tous le long de notre conversation. Tu dois avoir mal au dos à force. »

-Avec plaisir, je commence à avoir mal aux jambes . Et pour finir sur le sujet de tes nuits quoi que tu dise je ne pourrais pas te laisser comme ça . Mon livre par le la religion Shintoïste, j'aime bien les légendes sur ce sujet et tout ce qui s'en suit

Je lui parlais calmement en faisant un pas vers cette table qu'il venait de me montrer du doigt. Mais je me retourna vers lui et vis qu'il portait son attention sur le rayon des livres de Philosophie. Ce genre de livre était encore un peu trop complexe pour moi je ne parvenais pas toujours à tout comprendre mais ce n'était pas si déplaisant comme lecture, quand cela restait dans mon domaine de connaissance. J'en lisais rarement mais lui devait aimer ça vu l'intensité de son regard en voyant le rayon. Après ce long regard il me souriait, je lui rendis son sourire. J'avais très envi de m'asseoir et de commencer mon livre alors je décida de le presser un peu. Je posa ma main sur son bras le secoua légèrement tout en gardant une voix calme et mélodieuse.

-On prend les livres et on va s'asseoir ? Si tu veux bien me prendre ce livre là haut s'il te plaît, je te l'ai donné à ranger sans faire exprès je suis désolé de t'embêter encore...

Je sentais que ma langue se déliais me laissant plus à l'aise et ne me posant plus de question je redevenais moi-même. Il allait bientôt faire connaissance du moulin à parole que j'étais, après ces débuts difficiles en dialogue il fallait que je me rattrape . Je le regardais donc avec des yeux moi admiratifs que au début mais plus avec des yeux de petites protégée, car je me sentais comme telle en sa présence même si ce sentiment était là depuis peu.

-Tu aime tous ce qui est sucreries ? Moi j'en suis fan j'adore ça , j'ai dû faire ma réserve avant de venir ici. Je savais pas si ils en avaient alors j'ai préféré en emmener pour ne pas en manquer

Ce que je venais de dire n'avait aucun sens avec la conversation que nous avions précédemment mais bon fallait se lâcher maintenant que je savais que lui aussi avait des faiblesses j'étais plus en confiance et avait moins peur de faire ou dire des bêtises. Moi qui étais maladroite et je l'avais bien démontré avec la chute fulgurante de la moitié d'une étagère. Mais je ne me sentais pas ridicule .
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur


Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: rp adamand   Mer 19 Déc - 19:49

Owiiii la souite ! Ah c'est bien elle va commencer à parler plus
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand



Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: rp adamand   Mer 19 Déc - 23:05

Kousaka sora:*

Akimitsu affirma qu'elle serait incapable de ne pas intervenir dans le cas où un cauchemars serait venu hanter mes nuits. Mais ces moments me laissaient dans un état de faiblesse tel qu'il me sera impossible de me contrôler. Plusieurs scénario apparaissait dans mon esprit et aucun d'eux ne me rassurait. Tout mes désirs se retrouveraient à nus face à une fille bien plus petite que moi et donc moins forte. Ors, réciproquement, sa peur des orages la poussera à faire n'importe quoi. Elle pourrait se blottir contre moi, tel un chaton effrayé. La pire des situations serait qu'on soit tout deux dans un état émotionnellement instable. Une nuit mélangeant éclairs et cauchemars... Il restait à en redouter les conséquences.

Sentant que quelqu'un secouait mon bras, la réalité reprit ses droits dans mon esprit. Mes membres tremblèrent légèrement et j’espérais qu'elle ne remarque rien. Ors sa voix, calme et mélodieuse, m'apaisa. Mon attention se porta sur ses mots. Le livre, qu'elle souhaita lire, se situait tout en haut de l'étagère. Me servant de l'espace entre les livres et le bord comme d’appui, j'attrapais l'objet de ses convoitises. Un rapide coup d’œil sur la couverture m'appris que l’œuvre traitait du Shintoïsme.
La religion n'appartenait à la catégorie de mes sujets favoris, donc aucune de mes connaissances ne s'y rapportaient. D'ailleurs, je détestais à tout ce qui pouvait s'apparenter à un culte. Mais, aucune expression sur mon visage n'indiqua cette haine. Je ne souhaitais pas la gêner. Tout en lui donnant le livre, je la rassurais :

« Tu ne m'embêtes absolument pas. Les amis s'aident mutuellement en cas de besoins. »

Ma curiosité me poussa à me demander pourquoi Akumitsu s’intéressait au Shintoïsme mais aucun son ne sortit de ma bouche. L'importuner avec ça n'apporterait que conflit, une chose peu souhaitable pour l'amitié. Elle me révéla alors sa passion pour la sucrerie.

Cela m'amusait intérieurement car la gourmandise faisait partie d'une caractère d'une loli. Elle ressemblait vraiment à une enfant, de plusieurs façon. Son physique, ses gestes et ses mots... Mais elle possédait un âge proche du mien, un coté adulte se cachait donc durement quelque part en elle. Mon bon sens m'affirmait que je serais incapable de lui faire du mal, du moins physiquement. Qu'en était-il des blessures émotionnelles ? Les pires de toutes les maladies, parfois incurables.

« J'aime aussi les sucreries. Les pâtisseries sont mes péchés mignon. Offre moi un éclair au chocolat et je ne pourrais rien te refuser. Tu m'en feras goûter de tes bonbons ? »

Mes yeux l'observèrent tendrement. Tant que mon cœur battrait, aucun mal ne lui sera fait. Ragaillardie par cette affirmation, je souris avant de me diriger vers la section philosophie. Je repérais l'oeuvre de Freud. Mes pas s’arrêtèrent près d'elle, ma main se posa instinctivement sur la tête de la jeune fille.

« J'ai trouvé mon livre, allons donc nous asseoir et profiter de tes sucreries que tu gardes si jalousement dans tes poches. »

Je riais en me dirigeant vers la table.
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Mer 19 Déc - 23:12

Sa avance pas XD mais j'aime bien, j'espère qu'elle ne va pas décrire son livre OMG demain la suite c'est ça ? MDR

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Mer 19 Déc - 23:18

tu sais que je peux rien faire^^
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 13:43

Ouai c'est triste XD

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 13:57

ou tu veux passer directe au viol dans la biblio ?
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 13:59

Non je préfère que tu y aille doucement, après on verra ce qu'elle fera dans la chambre, je préfère qu'elle commence les directive pour voir

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 19:28

Akimistu:

« J'aime aussi les sucreries. Les pâtisseries sont mes péchés mignon. Offre moi un éclair au chocolat et je ne pourrais rien te refuser. Tu m'en feras goûter de tes bonbons ? »

- Ouiii avec plaisir, mais faut pas tout manger d'un coup sinon il n'y aura plus

J'étais contente lui aussi était gourmand, je savais donc un nouveau point faible sur Sora. Je savais beaucoup de choses déjà sur lui , j'étais étonnée qu'il se livre aussi facilement à moi . Je devais inspirer la confiance ou la gentillesse Je sais pas mais sa me faisais plaisir au moins nous commencions à créer des liens tout de suite. Je le regardais avancer vers le rayon des livres de philosophie, moi j'avais déjà mon livre, même si lui n'aimait pas, les légende me passionne. En revenant vers moi il posa sa main sur ma tête comme si j'étais une enfant, ce côtès protecteur me plaisais bien. Car si j'étais sa "protégée " rien ne se passerais entre nous hormis de l'amitié et c'est ce que je voulais.

« J'ai trouvé mon livre, allons donc nous asseoir et profiter de tes sucreries que tu gardes si jalousement dans tes poches. »

Je riais, ses paroles me faisais rire car il venait de deviner que j'avais des bonbons dans mes poches et de partout où je pouvais en cacher. Je vis dans sa main une oeuvre de Freud un philosophe dont j'avais entendu parler pour ses découverte sur les rêves et l'inconscient dont s'inspirait aussi les artistes suréalistes , enfin je crois que j'ai entendu quelque chose comme ça une fois en cour. N'étant pas sûr de ça je préférais me taire et le suivre en souriant jusqu'à la table en souriant. Arrivé là bas je posa mon livre et fouilla dans les poches de ma robe situées sur l'avant de la jupe. J'en sortis deux poignées de bonbons et les lança sur la table.

-Je suis désolé j'en ai pas plus , ça ne rentrait pas dans mes poches le reste

Je lui souriais et m'installa sur une chaise. Le livre devant moi j'en observa la couverture avec détail avant de lever les yeux sur Sora.

- Pourquoi t'intéresse tu à Freud ?

Je voulais en savoir plus, mais si il m'avais dis qu'il faisait beaucoup de cauchemars cela ne m'expliquais pas pourquoi il aimait la philosophie ou plus précisément les oeuvres de cet auteurs. Je le contempla donc d'un regard inocente attendant un explication des plus complète sur ce sujet. Sans le quitter du regard, je déplaça ma mains sur la table et attrapa un bonbons que je déballais doucement pour ne pas faire trop de bruit. Le bonbons sortit de son emballage je le mis dans la bouche et souriais.

-Mmmmh à la framboise , l'un de mes préférer parfums

Je m'éloignais de mon sujet principale, mais cette saveur qui infusais dans ma bouche ne pouvais ne pas être partager. Je lui tendis donc un petit bonbons .Mais je n'avais pas oublier ma questions et le lui rappellerais si il profitait du bonbons pour changer de sujet .

-Faut que tu les goûte ceux là ils sont trop bons !

Le petit emballage colorés tendu vers lui , il ne pourrait pas résister. Si il était gourmand comme moi nous nous entendrions encore mieux , je pourrais lui faire goûter tous mes préférer, mais c'est vrai qu'il y en a beaucoup. Il ne faudrait pas que Sora attrape mal au ventre à cause de mes bonbons, donc je le gaverais petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 19:29

Comment elle essaye pas de m'amadouer avec des bonbons XD
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 19:37

Ah ouai carrément la fille qui te gave comme un poulet MDRRR
Mouai en ce moment elle est à court de nouveauté la demoiselle XD

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 22:35

Sora:

-Je suis désolé j'en ai pas plus , ça ne rentrait pas dans mes poches le reste

Son visage rayonna de bonheur, son amour pour les bonbons paraissaient fort. Son comportement ressembla à celui d'une enfant, ses yeux pétillèrent de plaisir quand elle sortit son trésor de ses poches. Un petit tas de sucrerie se trouvait maintenant sur la table. Tout ces emballages colorés me donnèrent envie mais la politesse voulait qu'elle se serve en première. Je la surpris alors à observer la couverture de mon livre.

-Pourquoi t'intéresse tu à Freud ? 

Ayant anticipé sa question, j'avais préparé déjà ma réponse. Ma prudence naturelle me conseilla de lui mentir, chose impossible. D'un autre cotés, quelque chose me disait de ne pas lui dire toute la vérité non plus. L'embêter avec mes propres réflexions ne serait pas une bonne idée, surtout que mon caractère était assez compliqué. Plutôt que le mensonge, ce fut mon incapacité à expliquer qui forma cette réponse toute simple.

« J'aime la philosophie et surtout cette auteur. »

Seulement certaines choses avaient été occultées, en soi ce n'était pas un mensonge. Ors un sentiment de culpabilité me fit reporter mon attention sur l'extérieur. La neige tombait encore et recouvrait tout le sol. Cette blancheur, de cette perfection qui rendait la paysage unanime, aucune autre colleur ressortait, rien que le blanc... Un air nostalgique apparut sur mon visage et des souvenirs remontaient en moi.

La théorie de Freud ne s'établissait que dans la condition où les rêves ne ressemblaient pas à la réalité. Ces images ,qui apparaissaient la nuit, n'étaient que la métaphore de nos expériences passés. Ors mes cauchemars représentaient une scène réelle, s'étant déroulé depuis déjà un mois. Comment interpréter une tel chose contradictoire avec les dires de Freud ? Mon fort-intérieur espérait une piste ou n'importe quoi d'autre pouvant apporter une explication. Mon seul souhait était que cela cesse, avoir enfin une nuit de sommeille normal.

-Mmmmh à la framboise , l'un de mes préférer parfums

Ses paroles rompirent ma réflexion. La framboise..., parfum apprécié souvent par la gente féminine. Mes goûts se tournaient plus vers l'amande, le chocolat, la menthe ou la pomme. Un sourire se dessina sur mon visage. Les réactions d'Akimitsu m'apaisaient. J'admirais beaucoup sa façon de parler avec les gens. Elles avaient su garder son insouciance, caractère que les adultes critiquaient mais que moi, j'aurais voulu garder. En quoi se prendre la tête était une bonne chose ? Pourtant la société nous imposait d'être comme cela. Un jour, Akimistu devra abandonner son coté enfant, par la force des choses. Un mélange de tristesse et de résignation se déversa dans mon âme.

Nous devrions profiter de ces jours passés au pensionnat, ces moments si tranquille, si précieux. Je pris le bonbon qu'elle me tendait, signant ainsi un pacte silencieux : la promesse de s'amuser autant qu'on le pourrait, jusqu'à la dernière seconde. Ma voix se mit à lancer ces mots, remplis d'espoir.

« Merci. Je sens que nous deux sommes fait pour s'entendre. Profitons donc de ces prochains jours dans ce pensionnat. Peut-être que tout comme moi, ton passé n'est pas glorieux. Mais tout ce qui s'est passé se trouve maintenant derrière nous. Maintenant, nous sommes ici. On se fera des amis, on rigolera, s'amusera ensemble. C'est le bonheur qui nous attend dans ce nouveau départ. »

Pour lui montrer ma détermination, je retournais mon livre et mis le bonbon dans ma bouche. Une idée me vint alors. Mon portable m'indiqua qu'il était 18h. Le temps passait si vite. La fin de cette première journée approchait.

« Je te propose qu'on aille manger tous les deux en ville. Ou préfère-tu la réfectoire ? De tout façon, notre chambre ne sera pas encore prête avant 22h. Allez, c'est moi qui offre. »

Un sentiment de bien-être s'imposait en moi. Il chassait tous les doutes. La passé n'est plus là, avançons donc vers l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 20 Déc - 22:36

j'ais écrit de la merde, mais au moins y a une possible avancement de l'histoire !
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Ven 21 Déc - 19:07

réponse aki:

Son air sérieux et mature , me fis prendre conscience que un jour je devrais faire face à la réalité et la dureté de la vie. Seulement je n'avais pas envi de quitter mon petit monde, celui qui me protégeais de nouvelle blessures. Ma carapace d'enfant fragile me donnais toujours l'avantage de ne pas faire face à la réalité. Mes blessures du passé étaient enterré mais le visage de Sora venaient de les faire remonter à la surface. Avais-je besoin de l'attention et de l'affection d'un homme ? Pour compenser le manque d'un père que je n'avais connu. Je voulais cesser d'y penser tout rechasser de ma tête.

« Merci. Je sens que nous deux sommes fait pour s'entendre. Profitons donc de ces prochains jours dans ce pensionnat. Peut-être que tout comme moi, ton passé n'est pas glorieux. Mais tout ce qui s'est passé se trouve maintenant derrière nous. Maintenant, nous sommes ici. On se fera des amis, on rigolera, s'amusera ensemble. C'est le bonheur qui nous attend dans ce nouveau départ. »

Ses paroles me firent légèrement sourire, je savais une amitié allait très vite s'installer et la complicité aussi. J'avais peut être trouvé la personne qui serait là pour moi dans toute circonstance. Je le regardais manger l'un de mes bonbons, il regarda son téléphone puis me regarda.

« Je te propose qu'on aille manger tous les deux en ville. Ou préfère-tu la réfectoire ? De tout façon, notre chambre ne sera pas encore prête avant 22h. Allez, c'est moi qui offre. »

- C'est d'accord allons manger un bon pour faire toujours un peu plus connaissance. La nourriture du réfectoire est pas terrible et je n'ai pas d'agent sur moi ...Alors je ne sais pas trop...

Mes mots sortant difficilement, après avoir eu des pensées aussi négatives et douloureuses que celle de mon passé je ne pouvais pas retrouver mon assurance en quelques seconde, même si je n'avais plus vraiment d'appétit je voulais rester avec Sora. Lui aussi avait l'air d'avoir eu quelque soucis dans son passé . Ce n'était qu'une supposition car je n'en avait pas eu la preuve flagrante de ce que j'avançais mais son comportement mature me faisais pensé cela. Moi je m'enfermais dans mon petit monde colorés où je réussissais à mettre de côté tous ça . Pour Sora , son esprit devait être trop vif pour oublier certaines choses et c'était peut être pour ça qu'il prenait des médicaments pour dormir. Je me leva , les mains tremblantes je remis les bonbons dans mes poches , pris le livre , inspira profondément et je n'osa pas regarder Sora dans les yeux pour ne pas montrer mes faiblesses. Je souriais un peu et repris d'une voix légère:

-Allons où tu veux je te suis !

/Fin du RP/
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Ven 21 Déc - 19:07

la suite au restau
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Sam 22 Déc - 12:20

Je lis ce soir j'ai pas eu le temps je suis dans le sud là

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Askass

avatar

Messages : 7308
Date d'inscription : 01/08/2012
Age : 22
Localisation : dans mon lit avec une certaine personne du forum ♥ *__*

MessageSujet: Re: rp adamand   Sam 22 Déc - 14:21

@__@ tu vas la manger? xD
je veux la suite Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Sam 22 Déc - 14:35

Owiiii la suite

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Ven 28 Déc - 1:09

la suite du rp:
Kousaka sora:
La neige tombaient lentement sur l'avenue, bondée en ces période de fin d'année. Le 1er Janvier, approchant à grand pas, pressaient les achats de yukatas et les préparatifs des fêtes. La lumière des néons des magasins se reflétaient sur les flocons, ce qui donnait un mélange de couleur environnant. Malheureusement, personne ne s'attardait sur ce sublime spectacle. Le bruit des voitures, interprétant la frustration de certain conducteur, complétait ce stress présent sur les trottoir. Il était difficile de se frayer un chemin à travers les foule, d'autant que le froid rendait le sol glissant. Traverser cette avenue relevait de l'exploit olympique.

J'observais cette affairement juste à l'entrée de celle-ci. Ma logique me conseillait de ne pas choisir ce chemin mais nous serions obliger de faire un long détour, surtout que les rues sombres aux alentour m’inquiétaient. Mon attention se porta à mon gousset, les aiguilles indiquèrent 19h. Les restaurant seraient bientôt pris d’assaut. Nous aurions dû partir plus tôt, mais parler m'absorbait à chaque fois.

Je me tourna vers mon amie. Sa taille était l'un des arguments qui justifiait de faire le détour. Foncer dans cette foule serait ardu pour elle. Mais l’amener à travers un labyrinthe de rue peu éclairer ne m'enjolivait pas. Sa respiration formait une buée, ramenant sur la balance le froid. Une décision devait être prise rapidement. Je me remémorais ainsi les événements.

Nous avions quitté la bibliothèque, suite à ma proposition de manger dehors. Discutant le long du chemin, aucun de nous deux ne portait attention au temps, alors que la pension se situait loin du centre-ville. Mais bizarrement, je n'avais fait aucun allusion sur le choix du restaurant, cela ne ressemblait guère. Nous pas nous amenèrent devant cette avenue et devant cette réflexion cornélienne.

Je commençais à parler :

« Dis moi où tu veux aller Akimitsu, je pourrais calculer l'itinéraire. En fait, je connais assez bien cette ville et d'ailleurs, j'ai un assez bon sens de l'orientation. »

Je luis souris et tendit ma main :

« De tout façon, nous devons passer par cette avenue, prend ma main, je te jure sur mon honneur que je vais pas te lâcher dans cette foule. »

L'avenue me semblait encore la meilleur solution. Les journaux avaient relater de nombreuses agressions dans les ruelles au alentour. Akimitsu restait ma priorité. Les restaurant se trouvaient au-delà de cette foule. Aussi, j'attendais la réponse de mon amie, cherchant le chemin le moins risqué dans cette foule.

réponse akimitsu:

Nous étions sortis dehors, la nuit était tombé ainsi que la neige qui continuait ses dessins dans le ciel qui s'achevait au sol. Sora m'avais proposer de choisir un restaurant mais je ne connaissais pas encore la ville c'était la première fois que je sortais du pensionnat je me sentais u peu perdue dans cette rue ou tout le monde se hâtait. Tous se mouvements me stressais un peu j'avais peur de perdre Sora et de me retrouver seule dans la nuit ne sachant pas comment rentrer au pensionnat. Il me regarda et me tendit sa main en ajoutant:

« De tout façon, nous devons passer par cette avenue, prend ma main, je te jure sur mon honneur que je vais pas te lâcher dans cette foule. »

J'attrapa sa main, les miennes étant couverte par des petits gants en pilou-pilou, cette matière qui constitue généralement les pyjama pour les enfants. Au moins ils étaient protéger du froid eux. Mes joues avaient rougit mordu par le froid qui régnais dehors, mes cuisses devaient être bleues. Bien qu'avec des collant en laine blanc l'aire glacial traversait la couche atteignant ma peau. Je me retenais de grelotter, enfouissant mon nez dans mon écharpe pour le couvrir.

- Choisis le restaurant si tu connais mieux la vielle que moi ... tu me lâche pas hein ?

J'avais peur tous se monde s'agitant dans tous les sens m'inquiétais de plus en plus, je serrais la main de Sora dans la mienne un peu plus fort à chaque instant pour être sûr que lui ne me lâche pas. Son côté protecteur allait prendre tout son sens ce soir lors de cet épreuve. Presque collé à lui , j'observais les lumières de la ville qui illuminais mes yeux. La période des fêtes était ma préféré mon regard se perdit dedans. Je pensais à une bûche de Noël au chocolat. Voilà ce que je voulais manger : un gâteau au chocolat !

L'émotion m'envahissais petit à petit, j'étais émue de ce spectacle de lumière , les vitrines décorées des magasins juste pour l'occasion. J'attrapa le bras de Sora comme on tient celui de son amoureux. Je me serrais contre lui inconsciemment cherchant peut être la chaleur ou un geste de tendresse. Je levais les yeux sur lui contemplant son visage éclairé part les lumière ambiante. Ce visage qui me paraissais de plus en plus familier m'intriguais encore. Je lui souriais heureuse d'être à ses côtés toujours à son bras sans me soucier de ce qu'il penserais de ce geste . Reportant mon attention sur les vitrines j'en pointa une du doigt.

-Regarde il y a des sucre d'orges géant dans la vitrine ! Tu crois qu'ils se mangent ?

Si ils se mangeaient j'en achèterais un , ma gourmandise se réveillais car mon estomac aussi. Le restaurant qu'il choisirais ne devrait pas être trop chère car j'allais coûter chère en dessert. Si je pouvais je me nourrirais que de ça mais bon il fallait aussi que je fasse bonne impression aux yeux de Sora. De ma main libre je replaça mon bonnet sur la tête .
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Ven 28 Déc - 22:46

Kousaka sora:

Elle pris ma main sans hésiter. Une sensation de chaleur se fit sentir. En effet, les gants, que mon amie portait, réchauffèrent mes doigts glacés. Cela me rendit étrangement heureux. La cause d'un tel bonheur me paraissait énigmatique mais la réflexion sur ce problème serait envisagé plus tard. Pour l'instant, la chance m'avait permis de me retrouver en compagnie d'une fille durant cette fin d'année, ce dont les garçons de mon âge rêvaient chaque jour. En profiter restait naturellement la seul solution, en l'honneur des mecs célibataires. Une phrase qui m’amusa beaucoup d'ailleurs, faisant moi-même partie de cette catégorie. Akimitsu était mon amie, rien de plus, rien de moins. Mais, l'observation de cette avenue remplie de couple rendit ce dernier point peu important. Aucune solitude ne viendrait ternir l'ambiance de cette fin de décembre. A moins que...

-Choisis le restaurant si tu connais mieux la vielle que moi ... tu me lâche pas hein ?

La voix d'Akimitsu interrompit le file de ma pensée. Une sourire se dessinait sur mon visage, elle avait peur de me perdre. Qu'elle se rassure, je ne pourrais jamais abandonner ma seule amie. Cette déclaration l'aurait embarrassé inutilement donc je n'en fit rien. Personne, pas même moi, ne souhaiterait lui enlever cet air de joie sur le visage d'Akimitsu, provoqué par la vu de ces nombreux, et lumineux, magasins. La magie de la fin d'année se ressentait dans ses gestes, son regard détaillait chaque recoin de l'avenue illuminé. Elle me tenait d'ailleurs par le bras, comme elle le ferait avec mon petit-ami.

Ce mot envahit mon esprit, ma plus grande crainte se tenait en ce seul terme. La seule raison pour laquelle la solitude serait mon unique compagnie ce 31 décembre. Si elle en avait un, il apparaîtrait comme logique qu'elle passe la nouvelle année avec son copain. Ors plusieurs argument réfutait la présence de cette personne. Elle vivait dans un pensionnat, sûrement loin de chez elle ; mais surtout, elle me serrait le bras en ce moment même. Quelle genre de fille possédant un petit-ami ferait cela ? La réponse était évidente. En y réfléchissant, son comportement ressemblait plus à celui d'une fille célibataire.

Je l’observais alors. Ses gants en doudoune, son écharpe, et tous le reste apportait une confusion certaine avec une petite fille qu'on aurait voulu protéger à tout pris du froid, en plus de sa taille et de son caractère enthousiasmé. Mais une chose contrastait cette air enfantin, sa beauté. Akimitsu était une fille très belle, même moi je devais le reconnaître. En fait tout ses traits physiques et morales faisait parti de son charme. Ce qui expliqua sans doute certain regard venant de d'autre garçon, perçu par ma prudence instinctive.

En conclusion, je fus content de passer mon temps avec elle, chose que j'aurais pu affirmer sans honte mais qui amènerait certain malentendu. Ainsi, pour répondre à son geste muet, je tins aussi son bras, peu importe ce qu'elle en penserait.

-Regarde il y a des sucre d'orges géant dans la vitrine ! Tu crois qu'ils se mangent ?

Sa question me fit rire légèrement. Mon regard se porta sur la vitrine désignée par son doigt. Je lui répondis :

« Si tu en mange maintenant, auras-tu encore assez de place pour le restaurant ? Je ne pense pas. Oui ils sont comestibles, mais il serait judicieux que tu en achète plus tard.
Akimitsu, je ne peux choisir de destination si tu ne me précise pas quelle plat tu souhaite goûter ce soir. Il existe des centaines de types de restaurant avec divers plat et desserts, typique ou atypique de la fin d'année. »

Mon manteau chic trahissait sûrement mes goût en matière de nourriture. Mais le choix de mon amie primait avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Lun 7 Jan - 12:44

Enfin pu lire la suite si il y a XD

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Lun 7 Jan - 17:39

non c'est fini, elle trouve que le le forum hina a une mauvaise ambiance donc elle viendra plus^^
Revenir en haut Aller en bas
RK57
cleaneur
cleaneur
avatar

Messages : 7767
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: rp adamand   Lun 7 Jan - 17:39

Rho merde ! XD

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Revenir en haut Aller en bas
http://kevinruby.me
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 11 Juil - 1:34

L'odeur de désinfectant, les murs blancs et les personnels soignants s'agitant dans tous les sens. C'est pour ces trois raison que je détestais les hôpitaux. Les lieux me donnaient vraiment la gerbe, on est là pour être soigné, pas pour se sentir encore plus mal, normalement.
Je soupirais silencieusement tout cherchant la chambre de ma sœur. Me lamenter ne servait à rien, une chose plus importante devait être accompli. Mes yeux trouvèrent en fin ma destination.
J'ouvris la porte silencieusement et j'entrais. Ma sœur dormait dans une chambre tout aussi immaculé que le reste des lieux. Heureusement, certains objets cassaient avec cette environnement monochrome.
Mon attention se tourna vers le lit. Une jeune fille au teint pâle et à la longue chevelure marron y dormait paisiblement, si j'en croyais le sourire sur son visage. Je me mis à sourire également.
Comment ma sœur pouvait-elle afficher une telle expression dans son état ?
En effet, sa respiration était bruyante, aidée par une assistance respiratoire. Je ne supportais pas de la voir dans un tel état, elle était la personne à laquelle je tenais le plus vu qu'elle restait ma seule famille.
Sans avertissement, des larmes coulèrent le long de mes joues. Les retenir était impossible. Je ne fis aucune mouvement pour les essuyer, laissant la tristesse s'affirmait.
-« Mr Ichikawa ? »
Une voix m'interpella doucement derrière moi. Me retourner en laissant mon visage ainsi à découvert détruirait ma fierté, et c'était bien la seule chose qui me restait dorénavant.
-« Je dois vous parler. »
Aucun de membres ne bougea. J'essayais de me calmer, sans succès.
-« Je partage votre peine mais c'est important. »
La colère commença à monter, je rétorquais sèchement :
-« Vous avez déjà vécu ça ? Attendre que la mort vienne emporter le dernier membre de famille ? Sans rien pouvoir faire, juste patienter ? »
Aucune réponse. J’interprétais ça comme un non.
-« Alors ne venez pas me dire ce que je dois faire, laissez moi lui tenir compagnie encore un peu... »
-« Mr, votre sœur souffre. Vous devez prendre une décision, nous proposons une mort rapide et douce... »
J'explosais de rage, d'impuissance.
-« JE SAIS ! Arrêtez donc de... »
Le silence s'imposa à ce moment-là, ma sœur m'avait entendu et ses yeux m’observaient. Je me précipitais à son chevet.
-« Tout va bien, je suis désolé d'avoir élevé ma voix. Dors. »
Elle me répondit par un léger mouvement de la tête. Elle me regardait fixement. Elle ne pouvait pas parler mais je comprenais implicitement. Du fond de ses iris, on remarquait sa fatigue de cette vie. Elle voulait partir, loin, très loin.
Elle désigna doucement de sa main droite le médecin derrière moi et fit un sourire, le plus triste et le plus beau que je n'avais jamais vu.
-« D'accord » me résignais-je.
A contrecœur, je me retournais pour observer mon interlocuteur. Un homme, en bouse blanche, le médecin en charge de ma sœur, tenait une feuille et un stylo. Le billet de non-retour. Il me suffisait juste de signer pour admettre ma défaite face au destin.
D'abord mes parents, dans un accident de voiture, puis ma sœur, à cause des séquelles de ce même accident. Moi, ma survie était due à l'intervention des chirurgiens, étant intervenu pour soigner mon cœur. Une longue cicatrice témoignait à elle-seul de mon permis de vivre.
J'arrachais le papier et le stylo des mains du docteurs. Je tremblais tout en signant et je la rendis. Il partit chercher le matériel nécessaire. J'observais de nouveau ma sœur.
Elle me souriait, encore, heureuse d'avoir trouver une porte de sortie à cette enfer. Je m'approchais et pris une de ces mains, pour lui dire que je serais à ses cotés jusqu'au bout.
Soudain je la vis essayer de sortir des mots, ses lèvres bougeaient mais aucun son ne semblait vouloir s'en échapper. Je penchais ma tête.
-« Me...r...ci, On...ii...-cha...n »
En guise de réponse, je lui souris tristement, ne trouvant pas de mots. Je ne pouvais rien dire, elle prendrait un chemin que je ne pourrais pas emprunter.
Je lui baisait avec tendresse son front. Au même moment, l'équipe médical arriva. Je m'éloignais pour leur laisser le champ libre. Ils installèrent rapidement le matériel. Une infirmière m'indiqua d'un signe de la main que tout était prêts. Ma sœur ferma ses yeux.
-«  Allez-y... » leur indiquais-je.
J'avais décidé de la mort de ma propre sœur. Je me sentais mal... très mal...
Le liquide commença a rentrer dans son corps.
-« Adieu, Yume... »
Et la vie la quitta. Le silence s'installa jusqu'à ce que les infirmières quittent la salle.
Le docteur m'invita à sortir. Mes pas lourds réussirent à me suivre l'homme.
-« Une fonctionnaire de l'administration t'attend en bas »
Sans répondre, je pris le chemin des escaliers. Sans vraiment m'en rendre compte, je me retrouvait à la salle d’accueil. Une femme s'approcha de moi.
-« Mr Ichikawa, je m'appelle Mlle Nakai, je suis envoyée par les services sociaux. Je vous présente tout d'abord mes sincères condoléances pour votre famille. Nous devons dorénavant parler de votre avenir. ».
Quel avenir ? J'ai perdu ma famille, les êtres auxquels je tenais le plus. Qu'est ce qui restait ? Rien. Je n'arrivais même pas à réfléchir.
N'obtenant aucune réaction de ma part, elle poursuit.
-« Retourner dans votre lycée ne serait pas une bonne idée. Je vous propose de changer d'air. Voici le formulaire d'inscription pour le pensionnat Hina. C'est un lieu que je recommande tout particulièrement. »
Elle me tendis une feuille que je lus rapidement. Ils étaient tous mort, sauf moi. Si je respirais encore, c'est que mon destin attendait quelque chose de moi. Il ne me restait plus rien de toute façon.
Je pris le stylo que me tendait la femme.
Revenir en haut Aller en bas
vallor



Messages : 2373
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Dans les rangs de l'AOET et probablement sur Teuteur

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 11 Juil - 2:16

Hé bien, quelle agréable surprise que cette découverte ! Tu as vraiment du talent pour le registre tragique, et crois-moi des livres j'en ai lus.

Les fautes d'orthographe mises à part, des erreurs de "narration" existent (notamment « Mr, votre sœur souffre. Vous devez prendre une décision, nous proposons une mort rapide et douce... » qui fait très courtier d'assurances anglais) mais ne sont que peu nombreuses et ne font que rajouter un peu de Je-ne-sais-quoi plaisant à ta plume.

J'aime beaucoup ton style et j'aimerais bien lire la suite, si tu es d'accord évidemment.

Tu as mes félicitations et mes remerciements.
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 11 Juil - 2:38

dans une autre vie j'ai été courtier, tu ma tué là^^
Revenir en haut Aller en bas
vallor



Messages : 2373
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Dans les rangs de l'AOET et probablement sur Teuteur

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 11 Juil - 2:46

Désolé mais c'est l'impression que tu m'as donné : "Alors bonjour, j'ai des taux très abordables à partir de..."
Et avec le "Mr" au début, la phrase est devenue magnifique ^^
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Mar 19 Nov - 21:22

Et oui j'ai été enfin accepté et ENFIN je peux commencé. Bon, j'ai commencé en pv libre donc j'ai 10% de chance qu'on me réponde, je vous mets tout de même le premier poste:

Il faisait chaud, trop chaud pour un moi de mai comme si l'été désirait prendre rapidement la place du printemps avant l'heure. Je détestais ça car cette température me rendait encore plus flemmard que d'habitude et me donnait l'impression que le sac ,que je portais, devenait plus lourd à chacun de mes pas. De plus, ma gorge asséchée demandait avec véhémence un bon soda frais ou au moins de l'eau fraîche. Mais je ne pouvais pour l'instant satisfaire cette envie.

En effet, je me trouvais actuellement dans le parc qui entourait l'université. Pourquoi l’université ? Parce qu'apparemment, le lycée ,que je devais intégrer, avait brûlé et que l'université leur avait donné des bâtiments le temps que de nouveaux locaux soient construits. Je me demandais d'ailleurs ce qui avait provoqué l'incendie mais peu importe, je le saurais peut-être en temps voulu.

Cette réflexion faite, je commençais à marcher sans vraiment avoir de destination en repensant à ce qui m'avait amené ici.

Après la décision de mon père, j'avais du prendre le train pour rejoindre la ville de Kobe. C'était une assez grande ville qui n'avait rien à envier à la capital au niveau des commerces. Mais j'avais pas pris le temps d'observer dans le détail car j'avais voulu tout d'abord posé mes affaires à ma chambre. Grâce à mon portable, je n'avais eu juste qu'à suivre le chemin indiqué pour trouver le lycée.

J'observais alors les lieux. Le parc était immense, un vrai coin de paradis pour un habitué de la balade. Le chemin pavé partait dans de nombreux directions, permettant une visite de chaque recoin. Des arbres semblaient avoir grandi pour le protéger. Des bancs, installés sur les bords, permettaient de se reposer et de prendre un bon bain de soleil.

J'eus envie à ce moment de m'allonger sur l'herbe dans l'ombre d'un des arbres. Ne pouvant résister, je quittais le chemin et posais mon sac juste à coté de moi tout en me laissant presque tombé. La fatigue ,engendrée par mon long trajet jusqu'ici, indiquait que je devais fermer les yeux. Cela me fit oublier ma soif.

Il restait du temps devant moi, il n'y avait pas cour de toute façon aujourd'hui. Je rangerais mes affaires dans la chambre plus tard.

Qu'allait-il m'arriver maintenant ? J'étais dans ce lycée contre mon grès, j'espérais au moins pouvoir choisir mon avenir. En fait, je n'avais aucun rêve ni d'idée sur ce que je ferais plus tard. Peut-être le découvrirais-je ici ? Tant de question et pas de réponse. Dans cette situation, une seul phrase résolvait tous les problèmes.

-« On verra bien. » dis-je à voix haute pour moi.


Puis je m'endormis. 
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 21 Nov - 14:04

Réponse de Yesfir Petrova

Kobe High School... Je ne cessais pas de m'imaginer ce que ça serait d'y vivre. Sans trouver les mots justes. Des mots assez suffisants et puissants pour décrire, cette espèce de besoin que j'ai d'y habiter. De pouvoir repartir du bon pied. Oui, c'est ce que je veux. Oublier mon passé pour mieux bâtir mon avenir et m'occuper ainsi pleinement de mon présent. Cette espèce de besoin que j'ai d'oublier son visage et d'effacer de mon coeur son odeur, parce que j'ai beau le détester ou plutôt me détester d'encore l'aimer, j'ai cette difficulté de tourner la page, une difficulté plus puissante que moi. Je suis partagé entre deux sentiments, le dégout et le désir, car je traine encore sur moi une photo de lui, en me demandant pourquoi? Pourquoi mon coeur me torture-t-il ainsi? Qu'est-ce que j'ai fait pour hériter ainsi d'un coeur aussi salaud? Traite et ingrat, cesse de faire de mes sentiments une brûlure incessante.

Je sortais de mes pensées, lorsque j'entendis cogner contre ma porte, ma mère me disant qu'il était bientôt l'heure de partir et je sentie alors une joie intense me remplir, rendant mon corps chaud et bouillant d'une excitation à peine retenus. Je me levais et prépara mes baguages que je n'avais pas encore fait, alors que j'avais passé la nuit, d'une insomnie à peine ressentis, à m'imaginer vivre de nouvelles expériences, de nouvelles joies et de nouvelles peines, en espérant quelles soient différentes de mon arriver ici. Ça me pris à peine une demi-heure que mes deux seules baguages étaient prêts. Vous me direz que pour une fille deux baguages c'est à peine, mais je ne traine pas avec moi une trousse de maquillage, un fer plat, des millions de vêtements excessifs, mais seulement ce qui me sera utile, sans oublier mes livres qui occupaient un baguage entier. Je mis ensuite les premiers vêtements qui se jetaient sur moi comme des dépraver et les laissait me toucher, abusant de moi. Puis, je finis cela avec un chignon vite fait, malfait. Sans penser à l'allure archaïque que j'abordais. Portant des leggings aux logos du drapeau des États-Unis et un long sweat shirt jaune avec le visage de pikachu dessus et un capuchon abordant ses oreilles longues et pointues. Tout cela accompagnée des bottines à talon haut noir avec des pics d'argent sur leur côté et des têtes de mort.

En route pour Kobe, accompagné de Mlle Kobayashi qui s'était proposé après que mes parents prétextèrent ne pas avoir le temps, ainsi que six frères et soeurs qui étaient tous assez âgées pour conduire. Alors, là, fallait vraiment être atteint ou aveugle pour ne pas remarquer que tout cela ne les affectait pas. Que leur petite soeur quitte le nid. Que leur dernier enfant prenne son envole loin d'eux et ça me rendais triste. Bien que j'adorais la compagnie de mon professeur particulier et que sa présence allait vachement me manquer. Une famille reste une famille. Et ça fait toujours mal de perdre une famille. Spécialement quand elle semble s'en foutre royalement.

Arriver devant l'immense immeuble qui me faisait face, je souriais à m'en disloquer la mâchoire. Mlle Kobayashi m'aidait à sortir mes baguages de son char et dûmes nous dire au revoir, une tristesse au fond du coeur. C'est fou comme la tristesse n'est jamais loin du bonheur et que les deux se battent pour prendre force dans ton esprit.

-Inquiète toi pas, tes parents te pardonnerons quand tu réussiras à te pardonner à toi-même.

Fus les derniers mots que mon professeur prononça avant d'embarquer dans la voiture et de s'éloigner jusqu'à complètement disparaitre de ma vison. Je respirais un bon coup et pris mes baguages, avant de me retourner vers la demeure.

En allant remplir toutes la paperasse et cherchant ma chambre, je me rendis compte du nombre de personnes étrangers comme moi, qui peuplait cette école et commençais à comprendre la raison pour laquelle Mlle Kobayashi m'avait amené ici.

Après avoir déposé mes baguages dans ma chambre et occupé le dernier lit inoccupé, je décidais de faire le tour de l'école, qui était en fait une université. Apparemment l'ancienne école avait brulé et nous logions ici le temps que tout se replace. Bizarre, mais bon, je décidais de ne pas trop me poser de question et pris une marche à l'extérieur.

Il faisait bon pour une journée de mai et je décidais d'en profiter, en faisait le tour du parc. J'étais très surprise qu'il en aille un, bien qu'en y pensant bien, ce n'est pas si surprenant que ça. Disons que je ne m'y attendais pas et disons que je ne m'attardais pas non plus de m'enfarger sur le cadavre d'un inconnu. Enfin, cadavre est un bien grand mot, il n'est quand même pas mort, mais le fait qu'il dormait m'avait donné cette impression au départ, jusqu'à ce ma débarque sur lui semble le réveillé. Mon dieu, il en a du monde qui ont le sommeil léger. Je me retrouvais donc étaler sur lui comme une tarte et me dépêchais de me relever avant de le tuer sous mon énorme poids.

Pardon, je n'avais pas l'intention de tomber sur quelqu'un aujourd'hui... J'avais plus prévus ça pour demain.

Faudrait que je pense à m'acheter un filtrer, parce que mon cerveau à tendance à cracher un peu trop de conneries. Mais bon, si je m'en achetais un je ne serais plus aussi amusante et je perdrais tout mon charme. N'est-ce pas? Bien sûr, c'est évident.
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Jeu 21 Nov - 14:05

Ma réponse: 

Dans mon sommeil, je rêvais de ma vie passée et surtout de ma sœur. Une manifestation de certain regret ? Je ne savais pas. Je me remémorais mes différentes balades avec elle, son sourire et ses paroles. Père devait avoir raison, il semblerait que je sois atteint par un « sister complexe » mais je penchais plus pour une volonté de rattraper le temps perdu durant lequel nous nous parlions jamais. 

Maintenant que j'étais dans cette école, je ne la reverrais sûrement pas avant plusieurs années. En soi, la situation n'apparaissait pas si grave que ça. Yume se débrouillera très bien sans moi, pas besoin de s'inquiéter. Il faudrait maintenant que je pense plus à moi vu ma situation

Dans un lycée qu'on ne connaissait pas, la première chose à remarquer était qu'on ne connaissait pas non plus les élèves et le personnel qui le composaient. Cela ressemblait fortement à une équation à deux inconnus. Trouver x permettait de calculer y et inversement. Alors questions, si je décidais de résoudre ce problème, par qui je commencerais ? X ou y ? Mais vu que j'avais prévu de ne pas m'impliquer dans les affaires des autres, en clair de ne pas avoir d'amis, or je n'avais non plus pas vraiment envie de connaître le personnel. Donc je ne résoudrais pas cette équation. 

Ma préférence pour la solitude et ma flemmardise venaient de m'imposer la marche à suivre. Je passerais la plus part de ma scolarité à suivre tranquillement les cours sans rien faire. Cependant, le destin, le hasard, une quelconque divinité ou les trois à la fois allaient décider que ma vie ne se déroulerait pas comme je le voudrais. 

En effet, je fus soudainement réveiller par quelque chose de lourd. Enfin, quelque chose n'était pas le mot approprié d'après ce que j'avais pu voir en ouvrant les yeux : Une fille était affalée sur moi et tentait tant bien que mal de se relever en s'excusant. 

Les filles tombaient du ciel maintenant ? Comme dans les mangas ? Je riais intérieurement à cette pensée. Qui aurait imaginer que ce genre de chose arriverait dans les premiers instants de sa vie lycéenne ? Je paris que beaucoup serait jaloux de cette situation. 

Pouvant enfin bouger, je me levais en sentant une petite douleur. Je remis correctement mon uniforme un peu froissé puis j'observais « l’agresseur ». 

Elle semblait plus vielle que moi mais je n'étais pas sur. Ce qui me frappa le plus était la couleur de ses cheveux et de ses yeux qui la rendaient très belle. D'après moi, elle avait dû faire tourner beaucoup de tête. 

Je remarquais alors un petit détail. Je m'approchais d'elle pour ramasser de l'herbe entremêler dans ses cheveux à cause de sa chute. Je laissais tomber ma trouvaille avant de reprendre mon observation. 

Je n'avais pas vraiment envie de faire des reproches à une fille. Bizarrement, je ne ressentais aucune colère par rapport à se façon de me réveiller. Aussi, je recherchais un moyen de continuer la conversation, chose non aisé pour un solitaire. 

Je choisis d'adoucir la situation :


-« Le parc est tellement magnifique que tu ne regarde même plus où tu marche ? »

Et je souris.
Revenir en haut Aller en bas
Neox999

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 17
Localisation : Angers

MessageSujet: Re: rp adamand   Ven 22 Nov - 6:35

C'est super, j'ai commencé a te lire hier et je trouve que tu écris super bien !
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Dim 24 Nov - 11:16

Réponse de Yesfir Petrova



J’étais allongé sur un garçon. Un garçon qui semblait plus jeune. Plus jeune que moi. Mais en fait, je n’en sais rien. Je ne suis pas douée avec les âges. Pas douée pour calculer la vie. Non, moi je suis douée pour calculer ce qui est réel et non l’irréel. Je suis douée pour me souvenir de la formule de Pythagore, pas pour me souvenir d’un âge qui passe et qui vient.  C’est à peine si je me souviens du mien. Dans ma tête, j’ai mille ans d’existence, alors que mon corps ne montre que 17 bref années. Mes connaissances traversent les âges, mon âme à traverser des siècles dans des milliers de corps différents. Je dis ça parce que, je crois que nous avons tous vécu plus d’une vie. Peut-être que dans une autre vie j’étais Léonard De Vince ou Hitler. Qui sait. On ne s’en souvient peut-être juste pas. Bien sûr. Si l’on s’en souvenait, on ne vivrais pas. On aurait trop d’horreur, trop d’erreurs, trop de peur. On ne vivrait pas, on mourrait à chaque jour. 

En me relevant, je m’excusais sans vraiment m’excuser. Puis, je l’observais à mon tour, se lever dans une certaine lenteur. À le regarder il ne semblait pas vraiment furieux que je lui sois tombé dessus. Mais ça, s’était à premier vue. Je ne lis pas les pensées. Non, je ne suis pas medium. De toute manière, je détesterais savoir ce que les autres pensent. Mais il ne semblait pas fâché. Mais peut-être qu’il l’était. Mais peut-être, peut-être pas. Bref. Ouais bref. 

Je sentais ses yeux me scruter sans savoir ce que je devais en penser. Je ne savais pas non plus trop quoi penser de son geste dans mes cheveux. De ses yeux qui me jugeait. S’il me jugeait ou pas. Je ne suis pas bonne non plus avec les regards. Un regard un bref regard. Non les regards se n’est pas mon fort.  Je préfère ne pas y penser. Au cas. Je risque de m’y perdre.

Sa voix dans le silence me rassura. Elle ne semblait pas empreinte de colère. Elle semblait. Calme. Ou tout du moins, dénué de colère. 

«Ouais ça doit être ça»

Cette phrase que je répliquais à la suite de la sienne. Comme ça. Sans vraiment y penser. Alors que je croyais plus que j’étais malheureusement née avec deux pieds gauches. 

«Je m’appelle Yesfir Petrova. Je suis originaire de Russie. Et toi?»

Je ne sais pas pourquoi je me suis sentie obligée de préciser d’où je venais, comme si je me devais d’expliquer mon nom. Après avoir attendu le sien traversé la barrière de mes oreilles, je n’avais pas envie du silence. Le silence des mots.

«Aussi non, tu connais le théorème de Pythagore?»

Ouais, je vais faire chier la planète entière avec ce foutu Théorème, jusqu’à ce que j’aille sauver le monde entier d’un enfer potentielle. Je vais instruire le monde du savoir dont ils ont le droit. Parce que je suis comme ça moi. Un être de besoin, qui aide les autres en manque de connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Adamand

avatar

Messages : 12215
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 23
Localisation : Ma localisation n'a en faite pas d'importance. En effet dans le monde d'aujourd'hui, tous le monde peut se contacter alors qu'ils sont séparé par des milliés de kilomètres. C'est la magie de la nouvelle technologie et de ce fait, le lieu où ne possède plus une importance capitale. Je suis là et partout à la fois. Je ne vous conseillerais que ceci: regardez toujours derrière vous, il se peut que nos regard se croise.

MessageSujet: Re: rp adamand   Dim 24 Nov - 17:56

Moi:

Elle me répondit :

-« Ouais ça doit être ça »

Visiblement, ma réplique ne permit de commencer correctement une conversation. Cette phrase était dénuée de tout sens, comme une chose balancée au hasard sans but particulier. Du moins, je l'interprétais de cette manière, peut-être que j'avais tord. 

Par conséquent, je n'aurais su quoi dire si elle n'avait pas continuer de parler. Heureusement, elle le fit de la façon la plus normal qui soit : en se présentant.


« Je m’appelle Yesfir Petrova. Je suis originaire de Russie. Et toi? »

Je connaissais maintenant son nom et son prénom et même son pays d'origine... bien que la dernière information me paraissait bien inutile, non pas à cause de la consonance de son nom et prénom mais du fait du but même de la présentation. 

Question : Pourquoi l'être humain porte un nom et un prénom et pourquoi le décline-t-il dans une tel situation ? 
Réponse : Chaque être humain est unique physiquement et mentalement mais pour permettre la distinction entre eux, chacun porte un nom venant de sa famille pour distinguer le groupe familiale du reste de l'humanité et un prénom pour reconnaître chaque membre de cette même famille. Voilà ce qui fonde l'identité d'une personne. Je peux maintenant savoir précisément à qui je parle. 

Le pays d'origine n'avait donc aucun rôle dans cette identification. Qu'elle vienne de Russie ou de n'importe quel autre pays, elle restait Yesfir Petrova. Alors pourquoi préciser son pays ? J'avouais que cette phrase provoquait une certaine confusion dans mes pensées. J'adorais malheureusement prendre le temps de réfléchir sur tout et n'importe quoi mais c'était la première fois que je me prenais la tête pour quelque chose d'aussi futile. 


« Aussi non, tu connais le théorème de Pythagore?» 

Cette question , venant de nul part, mit fin immédiatement à ma précédente réflexion pour laisser place à une autre. 

Ce genre de phrase ne faisait certainement pas parti de la forme de présentation normal. Ça ne rajoutait que plus de confusion. J'avais devant moi une personne unique. Ce n'était pas plus mal, ça changeait du quotidien de rencontrer ce genre de personne. 

Bon, il serait peut-être temps que je réponde à ses questions. Dans une conversation, le silence ne devait pas s'installer. 


-« Je m'appelle Sora Ichikawa et je suis japonais. Je connais le théorème de Pythagore bien que j'ai une préférence pour l'arithmétique et les équations. Si tu veux, on en discutera en marchant car je voudrais bien poser mon sac au dortoir. Et je pense pas avoir besoin de te demander où il se situe car tu es une nouvelle, je me trompe ? »

Je l'avais observé depuis un petit moment. Quand une personne ne connaît pas les lieux, elle se comporte d'une certaine manière. Il y avait juste à remarquer les bons détails.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rp adamand   

Revenir en haut Aller en bas
 
rp adamand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Love Scan :: Zone Flood :: Créations :: Créations littéraires :: Créations fictions-
Sauter vers: